Pourquoi nos programmations contribuent elles à la diminution de consommation?
 

La diminution de la consommation est liée à la notion de rendement thermodynamique et mécanique. La reprogrammation permet parfois un meilleur rendement thermo, et l'augmentation de couple cumulé à la possibilité fréquente de passer un rapport supérieur améliore d'une certaine façon le rendement mécanique.

  • Comme montré dans le point précédent, certaines reprogrammations permettent une augmentation du rendement thermodynamique : une même quantité de carburant apporte plus de puissance mécanique. Autrement dit, pour un même besoin, il faut moins de carburant

 

  • Côté rendement mécanique, il faut s'imaginer que le couple du moteur est égale au couple mécanique dégagé par la combustion moins le couple mécanique consommé par le moteur (distribution, alternateur, frictions diverses...). Ce couple négatif est approximativement constant (si l'on néglige les effets de pompage sur essence). Ainsi, quelle que soit la charge, le moteur consommera un "gros" minimum de carburant rien que pour maintenir son régime. C'est pourquoi rouler à haut régime sur un filet de gaz consomme beaucoup : la plupart du carburant sert à maintenir le moteur dans les tours. A contrario, plus le moteur dégage de couple, plus petit sera le pourcentage de consommation liée aux pertes. C'est là qu'intervient la « reprog » :

 

  • Lors des phases d'accélération, l'augmentation de couple permet de diminuer le temps passé sur les rapports courts et d'arriver plus vite sur un rapport long où par définition les forces de frottement internes ont le moins d'influence. => Moins de pertes, moins de consommation

 

  • A bas régime l'augmentation de la souplesse, de la vitesse de réaction, du couple et donc l'agrément qui en découle permet parfois à vitesse stabilisée de passer un rapport supérieur, et ainsi de diminuer l'influence des pertes. => Moins de pertes, moins de consommation. Ces effets sont surtout visibles sur les moteurs diesel et les gros moteurs essence peu poussés. En outre, sur les moteurs à injection indirecte et forte pression de suralimentation, la consommation explose à pleine régime. De même, si l'on roule en moyenne plus vite avec la « reprog » que sans, ou si on fait sans arrêt des départs arrêtés ou des reprises pour freiner quelques secondes plus tard, il est évident que la consommation ne va pas chuter, bien au contraire.

Copyright © 2017 MATHEYSINE PERFORMANCE TOUS DROITS RESERVES

Zi les certaux

38350 Susville

Conditions Générales de Vente